Quand le prix de vente joue au yo-yo !

En commission aménagement du 11 septembre dernier, nous avons dénoncé le prix de vente d’une parcelle communale proposé à 8€/m², puis fixé à 6€/m2 après négociation avec l’acquéreur, alors même que les prix pratiqués par la COMPA gestionnaire de la zone économique de l’Aufresne – l’Aéropôle (sur laquelle est située la parcelle) avoisinent les 25€/m2.

Suite à notre intervention, lors du conseil municipal du 12 novembre, la majorité a proposé et validé une nouvelle offre à 10€/m².

La vente de la parcelle communale permet non seulement de donner accès à une parcelle privée parfaitement visible en bordure de voie, mais aussi son agrandissement. Sachant que pour tenir compte de cet effet vitrine, la commission développement économique de la COMPA envisage d’étudier des prix différenciés sur une même zone d’activité, il aurait été plus juste d’appliquer, dans un souci d’équité, un montant plus proche des 25€/m² que des 6 €/m².

Les débats lors du conseil municipal n’ayant pas, à nos yeux, apporté d’éléments techniques et financiers tangibles justifiant cette différence de prix, nous avons voté contre le montant proposé, tout en n’étant pas opposés à la vente.

Quand l’inégalité de traitement apparaît !

A compter du 1er janvier 2019, la collecte des ordures ménagères en porte à porte sera assurée toutes les deux semaines et non plus toutes les semaines. Cette décision va dans le bon sens.

Toutefois, on peut regretter que les foyers qui présentent aujourd’hui leur bac toutes les 3 semaines et non tous les 15 jours, voient leur facture augmenter de 10 à 13 % selon le volume du bac. En effet, pour des raisons d’hygiène, il est difficile pour les familles avec de très jeunes enfants (avec notamment le problème des couches) de présenter le bac seulement une fois par mois, pour éviter une hausse du coût de la collecte.

Dans le cadre du nouveau règlement de collecte des déchets ménagers, les foyers de 5 personnes pourront se voir attribuer un bac de 180 litres au lieu de 240 litres. Pour eux, ce changement évitera non seulement une augmentation, mais pourra leur permettre une légère baisse s’ils présentent leur bac une fois toutes les deux semaines. Malheureusement, les foyers de 3 et 4 personnes ne bénéficieront pas de la possibilité d’avoir un bac plus petit. Lors du conseil communautaire du 18 octobre dernier, nous avons pointé cette inégalité de traitement entre les usagers d’un même service public.

Quand l’environnement révèle les contradictions !

Lors du conseil municipal du 24 septembre 2018, Monsieur le Maire et sa majorité ont refusé notre proposition d’élargir le vœu contre l’utilisation du glyphosate à tout herbicide chimique de substitution. Le 2 novembre dernier, devant la Mairie, Monsieur le Maire et deux élus de sa majorité ont répondu présent à l’appel des « Coquelicots » pour la fin de tous les pesticides. Incohérence ou opportunisme ? A l’approche des prochaines échéances électorales, beaucoup semblent se laisser aller à la récupération politique.

Nous vous souhaitons de très belles fêtes de fin d’année, éthiques, durables et solidaires !

Rémy ORHON, Emmanuelle DE PETIGNY, Florent CAILLET, Myriam RIALET, Laure CADOREL et Mireille LOIRAT .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *