Élection du Maire

L’élection du Maire de la nouvelle commune a été l’occasion pour nous, d’exprimer notre perception de ce que doit être la fonction de Maire.

Être Maire aujourd’hui, c’est :

  • s’engager en restant éveillé contre toute dérive individualiste, clientéliste et les organisations verrouillées.
  • retrouver la vertu et le réflexe de se requestionner, encourager et faciliter le débat pour imaginer.
  • garantir un principe démocratique fondamental, l’idée d’un fonctionnement plus horizontal.
  • gérer différemment pour permettre et faciliter le pouvoir d’agir collectivement.
  • être à l’écoute, quelles que soient les circonstances, pour ne laisser personne sur le bord de la route.
  • accepter l’expérimentation citoyenne quoi qu’il advienne, faire vivre le débat démocratique pour construire une société plus juste et plus humaine.
  • prévoir, les petits pas ne suffisent plus pour éviter la dévastation de notre planète et ses effrois.
  • être audacieux et ambitieux, non pour soi, mais pour nourrir le cercle vertueux de l’entrepreneuriat pour un territoire talentueux.

Être Maire aujourd’hui, c’est savoir gérer, animer, décider, arbitrer, rassembler et faire.

C’est pour toutes ces raisons que nous avons présenté la candidature de Rémy ORHON, même si nous ne sommes que 6 sur 45 conseillers.

Pourquoi autant d’adjoints ?

Le nombre d’adjoints au Maire ne doit pas excéder 30% de l’effectif légal du conseil municipal, soit 13 maximum. Alors que les communes de Loire-Atlantique de même strate (10 000 – 19 999 habitants) ont en général 8 ou 9 adjoints et que, par ailleurs, Ancenis-Saint-Géréon est la plus petite commune de la strate, nous avons voté contre ce nombre de 13 adjoints et 11 conseillers délégués, qui n’est pas justifié.

A moins qu’il ne s’agisse avant tout de ne rien changer et de conserver le même nombre d’adjoints que les deux communes avant fusion. Pourtant, l’un des objectifs de la fusion n’était-il pas d’optimiser et supprimer les doublons ?

Les indemnités devraient être la contrepartie d’une fonction !

Nous avons bien noté que l’enveloppe globale des indemnités correspondait au cumul des enveloppes précédentes de Saint-Géréon et d’Ancenis. Toutefois, nous avons voté contre les montants proposés pour deux raisons principales :

  • L’indemnité de base proposée pour le 1er adjoint de 1179,00 € est le double des autres adjoints. Monsieur Le Maire justifie cette différence par l’attribution d’une délégation spécifique liée à l’intercommunalité et plus particulièrement la gestion des Zones d’Activités de la COMPA. La commune d’Ancenis-Saint-Géréon est représentée à la COMPA par huit délégués communautaires, dont trois à la commission du développement économique, à laquelle Rémy ORHON appartient. Il ne nous paraît donc pas utile d’attribuer une délégation spécifique pour l’intercommunalité.
  • Une indemnité spécifique pour la conseillère déléguée au patrimoine bâti a été créée pour un montant identique à celle des adjoints, soit 684 € contre 260 € pour les autres conseillers délégués. Nous considérons qu’il s’agit là d’une astuce pour contourner la règle des 13 adjoints, à moins que cela soit un moyen pour ne pas trop diminuer son indemnité d’adjointe perçue à la commune d’Ancenis avant la création de la nouvelle commune.

Durant cette dernière année du mandat, nous continuerons à mettre un point d’honneur à étudier les dossiers, à nourrir le débat et être force de propositions. Nous mènerons à bien notre rôle d’élus de la minorité dans l’intérêt de tous les habitants de la commune.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *