Notre pays vit une crise sanitaire de grande ampleur. Une situation qui nous oblige, élus de terrain et citoyens, à être solidaires et engagés pour vaincre la pandémie.

Alors que la période de confinement pourrait être prolongée, la Fédération Régionale des Travaux Publics, la Confédération des Petites et Moyennes Entreprises pour ne citer qu’elles, s’inquiètent de devoir poursuivre leur activité. En effet, les mesures de sécurité contre la propagation du virus s’avèrent, pour beaucoup, inapplicables pour les ouvriers et salariés. Dans ces conditions, il est normal et responsable que les directions des entreprises décident de stopper leurs activités afin d’assurer la sécurité de leurs salariés.

Pourtant, le Ministre de l’Économie et des Finances leur a demandé expressément jeudi dernier, de reprendre le travail, ce qui risque d’exposer à nouveau les salariés à l’épidémie. Dans Ouest France du 20 mars 2020, Olivier MORIN, le président de la CPME des Pays de la Loire, précise qu’il a reçu des menaces du préfet et de la DIRECCTE si les entreprises ne reprenaient pas le travail : leurs demandes d’indemnisation de prise en charge des demandes de chômage partiel seraient refusées si elles restaient fermées.

Face à cette situation inacceptable, nous pensons que les acteurs économiques du Pays d’Ancenis doivent être soutenus par la Communauté des Communes du Pays d’Ancenis.

La COMPA et l’ensemble des communes ne peuvent pas rester insensibles aux inquiétudes des entreprises et laisser les ouvriers et salariés s’exposer à un danger grave imminent. Il en va de la protection de leur santé et de celle de leurs proches. La reconnaissance, par les collectivités locales, du Coronavirus comme un cas de force majeure doit nous amener à être solidaire des entreprises et de leurs salariés. La santé des chefs
d’entreprise et de leurs salariés n’a pas de prix.

C’est la raison pour laquelle, il est important que la COMPA au titre de sa compétence « Développement Economique » interpelle le Président de la République pour :
– qu’il accède aux demandes des entreprises et des artisans de suspendre leur activité, puisqu’ils ne sont pas en capacité de faire respecter les gestes barrières,
– qu’il s’engage de manière claire et précise sur la prise en charge de chômage partiel en cas d’arrêt de l’activité.

Par ailleurs, il est opportun de rassurer les entreprises locales, avec lesquelles la collectivité travaille, sur le fait qu’aucune pénalité de retard ne sera appliquée dans le cadre des marchés publics et que la collectivité
suspend tous les chantiers qui ne sont pas prioritaires.

L’épidémie de coronavirus s’accélère en France. L’application des mesures de confinement doit être stricte et cohérente pour éviter la situation catastrophique de nos voisins Italiens. Il en va de notre santé, celle du personnel médical qui se bat pour sauver des vies durant cette épidémie et celle du personnel des activités essentielles et indispensables qui nous permettent de continuer à vivre.

Comptant sur votre détermination à protéger, à travers la santé des salariés, l’avenir de l’activité économique de la COMPA, nous vous remercions par avance de transmettre notre demande aux services de
l’État.

Rémy ORHON et l’ensemble des élus
de la minorité d’Ancenis-Saint-Géréon